D’abord, ce n’est pas une plaque comme celles apposées en avant et en arrière de votre véhicule. Ce qu’on appelle la « troisième plaque » est une étiquette-autocollante sécurisée de format 86 x 54 mm. Elle est toujours apposée sur le pare-brise de votre véhicule (sur le pare-boue des motos).

La troisième plaque contient les informations suivantes : le numéro d’immatriculation, la marque et le genre du véhicule qui la porte. Cette étiquette est faite pour que si l’on cherche à la décoller, elle se détruise, déchire. C’est toujours le poseur de plaques qui doit la placer. 

La troisième plaque est identifiée de manière unique par son numéro de série, affiché sous forme numérique et sous forme de code barre, afin de permettre une lecture à l’œil nu et automatique avec un lecteur code barre.

Pourquoi apposer une troisième plaque, quand nous en avons déjà deux, qui sont vendues comme sécurisées, infalsifiable ? Cette troisième plaque est l’élément de sécurité optimum. On l’a dit, indécollable sans la détruire. Elle va aussi permettre aux forces de l’ordre et de sécurité, en un clin d’œil de savoir si vos plaques sortent du système mis en place ou non. Toutes plaques remplacées sont au nombre de trois. Ce sera le premier élément de contrôle.

Elle est détruite quand le pare-brise se brise. Mais pas de panique, un duplicata est possible, en se rendant dans les sites Capp Karangë. En cas de contrôle, vous aurez un récépissé de demande de toisième plaque 🙂

Convaincu ? Commentez, likez, partagez !